n°11 octobre 1979

[éditeur : Jean-Pierre Nizard] [rédacteur en chef : Bernard Savonet] [couverture : Claude Denis] [illustrations : Catherine Beaunez, Claude Denis, Françoise Guillot, Marie-Hélène Pons, Dragoljub Roksanditch] #Média

Illustration de couverture

Les applications des ordinateurs individuels à la photographie sont nombreuses et certains appareils-photos actuels contiennent des microprocesseurs. C'est ce que rappelle le dessin de couverture réalisé par Claude Denis. L 'article Contrôles de vitesse montre l'exemple d'un mariage entre l'informatique individuelle et la photographie.

[auteur : Claude Denis] #Média

p.5 Editorial

Un an déjà pour l'O.I. ... Bon anniversaire !

[auteur : Marie-Hélène Pons] #Edito

p.7 L'essentiel

[auteur : Bernard Savonet] #Edito

Ça v est, l'informatique traditionnelle vient à l'individuelle !

Après l'annonce du système de Texas Instruments, avec la nouvelle calculatrice programmable 41 C de Hewlett-Packard, avec l'ordinateur individuel Capricorne que cette même firme doit annoncer prochainement, avec les remous que l'on commence à deviner chez IBM, c'est, petit à petit, tout l'establishment informatique qui se tourne vers l'informatique individuelle.

Le système TI-99/4 de Texas Instruments vous était présenté dans le Galop d'essai de notre dernier numéro ; ce mois-ci c'est la HP-41 C (ci-devant Coconut) qui fait l'objet de ce Galop : maintenant, les calculatrices, comme les ordinateurs, deviennent modulaires et seul le clavier réduit semble les empêcher d'avoir le BASIC !

Quant au BASIC, malgré ses multiples imperfections, il est quasiment devenu le langage standard pour les petites applications de gestion : non seulement il a été retenu pour le concours de programmation patronné par l'AFCET lors de la Semaine Informatique et Société, mais encore des rumeurs commencent à circuler concernant la prochaine décision d'IBM d'en faire son « langage-support » pour les petites applications de gestion. Voilà une décision qui ne laissera pas indifférents les autres constructeurs de l'informatique ! Et si, de plus, IBM-France, toujours soucieuse de montrer et de rappeler sa vocation nationale, développe un BASICOIS (de préférence compatible avec celui existant déjà. par pitié !), les constructeurs français de mini ou de gros ordinateurs pourront difficilement ne pas faire de même. On peut toujours rêver et espérer, tant pour l'un que pour les autres.

IBM semble cependant toujours hésiter pour annoncer et commercialiser, notamment par les boutiques « Maison » installées, l'ordinateur individuel sélectionné parmi les différents projets d'étude. A l'heure actuelle, un 5110 à disquettes coûte aux environs de 120 000 FF ttc. Si l'on en croit un chiffre donné l'an dernier par M. Talvard, Directeur Général de Logabax, la vente directe en boutique permet de vendre trois fois moins cher que par les circuits habituels. Eh ! un 5110 débaptisé, avec de la peinture en moins et un meilleur BASIC en plus, cela pourrait bien se vendre aux environs de 40 000 FF ttc ! Attendons-nous donc à voir bientôt un IBM 4100 (ou 5300 ?) dans les boutiques IBM.

Peut-être ce modèle verra-t-il le jour à l'occasion du prochain appel d'offres pour la deuxième tranche des « 10 000 » de l'Education Nationale ? Ainsi que nous le mentionnions dans notre dernier numéro, ce sont finalement la Société Occitane et Logabax qui se partagent la première tranche, avec 208 machines chacune. Il y aurait peu de commentaires à faire sur ce choix, si, aidant deux sociétés d'origine française à se développer, on leur donnait quand même une petite concurrence, par exemple américaine, juste pour leur éviter de se reposer sur les lauriers supposés d'un marché espéré captif et protégé. Le véritable marché, ce n'est pas 10 000 machines d'ici à 1984, c'est 50 à 300 000 machines en 1984 (mauvaise année, d'ailleurs, dirait Orwell). Le problème de conscience que pose la Mission à l'Informatique (dont la mission correspond à « beaucoup d'ôrdinateurs bien utilisés, pas chers, partout, le plus tôt possible ») à la DIELI (direction dépendant du Ministère de l'Industrie, et dont la mission est plutôt « le moins possible d'ordinateurs étrangers ») est bien délicat !

Ce marché de l'Education Nationale permet en tout cas à bien des gens de travailler : lutte contre le chômage, ou désir de maintenir l'industrie française du logiciel à son deuxième rang mondial ? Aux Etats-Unis, Microsoft n'a développé son BASIC « que » pour 4 types de microprocesseurs et pour une dizaine de marques ; UCSD n'a développé son Pascal « que » pour une dizaine de processeurs micro ou non. Des avares, ces Américains !

En France, pour le LSE des futures machines de l'Education Nationale, on ne se montre pas aussi chiche ! Il y aurait actuellement plus de 5 équipes développant LSE pour autant de systèmes basés en tout sur trois microprocesseurs (Z 80, 8080 et 6800). Et ce qu'il y a de grandiose, c'est que, théoriquement, tous ces LSE sont supposés être compatibles avec les 2 versions existantes du LSE, dont l'Education Nationale a déjà payé une bonne partie du développement.

En voulant un peu trop faire vivre LSE, on risque de le tuer complètement. Et si on doit le tuer, pourquoi en développer 5 versions non compatibles ? Heureusement que le concours Micro pousse moins à la morosité, grâce notamment au niveau des projets présentés.

Enfin, vous devez déjà connaître les lauréats du Concours Micro 1979, puisque leurs prix leur ont été remis le 27 septembre. Les premiers prix ont été remportés en catégorie « réalisations jeunes » par une classe d'élèves de première du Lycée Paul Langevin de Martigues, en catégorie « réalisations adultes » par M. Bonastre et Philippe Grenier, ainsi que Gilbert Guyot, en catégorie « projets jeunes » par Jean-Christophe Gleize et en catégorie « projets adultes » par Jean Cantounat, Rémy Aublanc, et M. Colomby. La liste complète des prix du Concours Micro est donnée dans notre section Magazine (page 96).

SOMMAIRE

p.26 Faut-il redouter l'informatique ?

Nous serons bientôt envahis par les ordinateurs, qu'ils soient individuels ou "télématisés". Que faut-il en penser? Qu'y pouvons-nous ?

[auteur : Raymonf Moch] #Réflexion

Extrait : «  Pendant très longtemps, l'informatique a paru solidaire des grandes organisations et de leur gestion. Imaginés au départ pour effectuer des calculs scientifiques très compliqués, les ordinateurs étaient en effet au début très mal adaptés à la gestion des entreprises. C'est pourtant leur succès-même qui provoqua, en partie au moins, cette révolution technologique qui devrait accroître leurs performances tout en diminuant leur coût et leur encombrement, et par là-même modifier du tout au tout le public auquel ils pouvaient s'adresser. Cette évolution se poursuivra encore de longues années sans doute. Mais on peut penser que les résultats essentiels sont déjà acquis et que l'impact des progrès à venir sera moindre. L'opinion publique semble néanmoins s'alarmer des conséquences éventuelles que l'informatique pourrait faire subir à notre vie quotidienne. Est-ce justifié ? […]  »

p.30 Pour votre programme d'Othello

...la présentation du programme vainqueur du premier tournoi de programmes de ce jeu. Des idées fort utiles si vous comptez faire concourir votre poulain le 1er décembre.

[auteur : Philippe Keller] #Algorithme #UsageJeuOthello

Extrait : «  Nous vous présentons ici quelques astuces employées par le programme gagnant du tournoi d'Othello. « Pas toutes les idées, pas toutes les astuces », nous dit son auteur, « car il faut bien garder un peu d'avance pour la prochaine édition du tournoi ». Si donc quelque chose vous paraît incomplet... à vous d'imaginer le complément !

Le programme d'Othello utilisé pour le tournoi n'a pratiquement plus aucun rapport avec celui publié dans L'Ordinateur Individuel n° 1 : quelques explications sont donc nécessaires. Le programme utilise non pas un, mais quatre tableaux : un pour définir l'état du jeu sur l'échiquier, les trois autres pour les pondérations à donner à chaque case […]  »

p.33 Un traducteur de « LIMACE » sur PSI

L'ordinateur donne un petit coup de main aux calculatrices programmables désireuses d'utiliser le langage LIMACE.

[auteur : Xavier Ackaouy] #ProgrammeBasic #UsageProgrammation

Extrait : «  Lorsqu'on a un ordinateur qui dispose de beaucoup de puissance et un autre qui n'en a qu'une réduite, on peut faire faire au premier une partie du travail du second. Un cas particulier est celui où, lorsqu'on veut exécuter sur « le petit » un programme écrit par exemple en Pascal ou en BASIC, on fait faire la traduction par « le grand ». Celui-ci utilise donc un programme spécial qui va traduire les instructions initiales en BASIC, en une série de codes numériques qui représentent les instructions en langage-machine du « petit » , que l'on désigne sous le nom de machine-cible (voir le programme en page suivante).

On dispose donc sur la machine de départ d'un traducteur dont l'exécution fournit des codes exécutables sur l'autre machine, la cible. De tels traducteurs, assembleurs ou compilateurs, dont le résultat est exécuté sur une autre machine, s'appellent des traducteurs croisés, des assembleurs croisés ou des compilateurs croisés. On emploie parfois les termes cross-assembleur ou cross-compilateur […]  »

p.35 Alors, raconte

Une petite histoire sur les nombres, et un concours de programmes pour ne pas y perdre son romain.

[auteur : Christophe Disabeau] #MathématiquesBaseNumération

Extrait : «  Une histoire qui ne manque pas de bases solides : Si les nombres m'étaient contés

Les ordinateurs utilisent les bases 2 ou 8 ou 16, plus rarement 10. Depuis quelques années, les utilisations de bases de numération plus ou moins variées font partie de l'enseignement. Mais il y a tout autour de nous de nombreuses traces de diverses bases qu'utilisaient nos ancêtres […]

CONCOURS DE PROGRAMMES

Envoyez-nous avant le 30 novembre minuit (le cachet de la poste faisant foi, comme d'habitude) la liste de votre programme assurant la traduction de nombres écrits en chiffres romains, en nombres écrits en chiffres arabes, et/ou du programme faisant l'inverse […] Ne sont concernées que les valeurs entre 1 et 1 900 compris […]  »

p.36 Un remède contre toute attente

Un programme vous permet d'étudier la longueur des files d'attente devant un guichet ou chez votre coiffeur.

[auteur : Jacques Boisgontier] #ProgrammeBasic #UsageSciencesMathématiquesProbabilités

Extrait : «  Qui ne connaît pas les problèmes de file d'attente dans sa vie de tous les jours ? Partout où des ressources ne peuvent servir instantanément un client (par exemple un guichetier, un péage, un coiffeur), des files d'attente se créent devant ces ressources. Il est possible, par une « simple » approche mathématique utilisant le calcul des probabilités, de connaître certaines statistiques telles que le temps d'attente moyen, la longueur moyenne des files d'attente... Mais dés que les files d'attente se multiplient, le calcul devient très complexe et l'on doit recourir à une simulation. C'est-à-dire que nous allons « regarder » ce qui se passe, une fois, deux fois... un grand nombre de fois, et nous pourrons ainsi, en mesurant les temps d'attente que nous « voyons », obtenir des valeurs expérimentales qui, selon la théorie des probabilités, sont très proches des valeurs théoriques si le nombre d'expériences est suffisamment grand […]  »

p.42 Libérez votre calculatrice

Vous pouvez le taire, si vous décidez de lui apporter toute la précision nécessaire.

[auteur : Jacques Laporte] #ProgrammeTi58 #ProgrammeTi59 #UsageSciencesMathématiquesCalculGrandNombres

Extrait : «  La taille des nombres que l'on peut traiter à l'aide d'un calculateur programmable est — généralement — limitée à dix ou douze chiffres. Quel « fan » d'informatique de poche n'a jamais rêvé d'affranchir son calculateur de cette limite ? Un peu de « software », quelques astuces, et voici votre cher calculateur effectuant des opérations sur des grandeurs de belle taille !

Les registres internes d'une calculatrice programmable de poche sont toujours limités quant à leur capacité. Ceux de TI 58-59, par exemple, ont une capacité maximale de 8 octets, ce qui permet en mode calcul de stocker en format flottant : 10 chiffres significatifs (5 octets), 3 chiffres de garde (1 octet et demi), 2 chiffres d'exposant (1 octet) ainsi que le code des signes (un demi-octet).

Certaines applications peuvent exiger une précision trop grande pour que ce format soit suffisant.

Les routines, que nous présentons en page ci-contre, ont pour but de contribuer au développement d'un logiciel complet de calcul sur des nombres de grande taille. Pour être général, ce logiciel — qui incluerait le chaînage des opérations — devrait être écrit dans une macro-syntaxe commune à toutes les machines programmables […]  »

p.45 Contrôles de vitesse

Vous aimez la photographie, vous avez un ordinateur voilà une idée pour combiner vos deux passions.

[auteur : Daniel-Jean David] #ProgrammeAssembleur6502Kim1 #UsagePhotographie

Extrait : «  Il est parfaitement possible, bien que parfois extrêmement coûteux, d'avoir deux passions. En ce qui me concerne, ce sont la photographie et la micro-informatique. Il n'est pas inintéressant de noter qu'un appareil reflex équipé d'un objectif zoom coûte au moins aussi cher qu'une carte micro-ordinateur telle que le KIM-1 avec son alimentation et quelques extensions. Lorsqu'on a deux passions, l'idéal est évidemment de les concilier... Comme il y a, en photographie, un grand nombre de processus à contrôler, et comme les micro-ordinateurs sont spécialement doués pour le contrôle de processus, on peut s'attendre à ce que le micro-ordinateur apporte une certaine aide en photographie. C'est une telle application que je vais décrire ici. Je vais montrer comment j'ai utilisé un KIM-1 pour vérifier les échelles de temps de pose de mes différents appareils […]  »

p.49 Sept fois sept font

Les calculatrices programmables servent aussi à apprendre les tables d'addition et de multiplication.

[auteur : M. Clerc] #ProgrammeTiSr56 #UsageEnseignementMathématiques

Extrait : «  Voici un petit programme d'apprentissage des tables d'addition et de multiplication, écrit pour une calculatrice programmable TI 56 [SR 56]. Sauf erreur, les instructions sont compatibles avec les modèles TI 58/59 [TI 58 TI 59]. Un enfant de 8 ans s'est instantanément adapté à ce programme et y a pris un vif plaisir, tout en témoignant d'une grande concentration. Peut-être cela ne dispense-t-il pas de l'apprentissage systématique des tables, sans lequel le calcul numérique ne peut pas devenir un automatisme, mais voilà au moins un début d'apprentissage sans peine ! […]  »

p.51 Banc d'essai Apple : la réponse d'ITT

Rappelons que cette réponse fait suite au banc d'essai de notre numéro précédent.

p.52 Le Compucolor au banc d'essai

Pour moins de 15 000 FF ttc, ce système très simple à utiliser vous donne et la couleur, et une minidisquette.

[auteur : Alain Pinaud, Jacques Eeses, Bernard Savonet] #Matériel

(oi_1979_10_p052.jpg)

(oi_1979_10_p057.jpg)

Extrait : «  Il y a un an déjà, notre premier numéro vous présentait le banc d'essai du PET, un système vraiment simple à utiliser. Voici aujourd'hui le Compucolor II, un autre système tout aussi simple d'emploi bien qu'il soit doté de possibilités bien plus grandes : une mini-disquette qui fait haïr les cassettes, un splendide affichage couleur à rendre jaloux tous les Apple de la création, mais un BASIC aux perfectionnements limités, le tout pour 13 500 FF ttc. Pas besoin de trop d'acrobaties pour porter seul le Compucolor : l'écran assez léger dans une main, le clavier dans l'autre, la documentation et quelques fils sous un bras, et voilà ! Le branchement n'est guère plus compliqué que celui du P.E.T. : on relie le clavier à l'écran (impossible de se tromper), et on branche l'écran sur le secteur. Une seule prise suffit pour faire fonctionner le Compucolor.

[…]

CARTE D'IDENTITE DU MATERIEL
Configuration de notre essai
Compucolor, version de base sans option, clavier 72 touches, 16 K MEV, numéro de série 101548.
Présentation
. Ecran 32 lignes de 64 caractères (2048 car.). Ensemble comprenant un écran vidéo couleur, une mini-disquette 5 pouces 1/4, les circuits ordinateur et la mémoire, un ensemble clavier séparé.
. Options :
— clavier étendu 101 touches ;
— clavier étendu 117 touches (fonctions directes par appui d'une seule touche);
— extension mémoire 16 K.
. Accompagnement :
— manuel d'utilisation ;
— une mini-disquette de démonstration ;
— une mini-disquette vierge formatée.
Prix
Version de base : 13 524 FF ttc.
Garantie
Six mois pièces et main-d'oeuvre.

[…]

Conclusions

Le Compucolor est un matériel extrêmement séduisant par ses capacités en matériel (et en logiciel), que l'on peut mettre en jeu très facilement. Sa présentation simple et compacte le rend facilement transportable. Tout ceci concourt à faire du Compucolor un système particulièrement démonstratif, dont l'utilisation présente toutefois quelques défauts, tout au moins hors des deux créneaux que vise le système : l'utilisation domestique et l'utilisation comme terminal intelligent autonome.

Ce matériel, grâce à ses possibilités d'affichage en couleur et graphique, est particulièrement adapté aux applications domestiques et à caractère démonstratif donc, en priorité, aux jeux et aux applications d'éducation.

Dans ce domaine, toutefois, il semble limité à la seule exécution, entendons par là qu'il ne permet pas aisément l'écriture et la mise au point des programmes. La mini-disquette doit ici être considérée comme un support statique d'informations et le manque de puissance « logiciel disque » limite son utilisation.

Lorsque les fonctions du « logiciel disque » seront disponibles, il est certain que l'utilisation du système gagnera en confort et en puissance, permettant ainsi d'envisager une utilisation du Compucolor pour le développement de programmes.

Son système de couplage primitif (pas de contrôleur de mini-disquette) explique la mauvaise gestion de l'espace disque et en-fait un dispositif peu fiable pour des applications autres que ludiques.

Une utilisation professionnelle ne semble possible que sur certains créneaux très particuliers, tels que l'emploi du Compucolor comme un terminal graphique intelligent : en bref, les utilisations ne nécessitant pas un volume énorme de données ou de nombreuses utilisations de la mini-disquette.  »

p.60 Apprenez à programmer en jouant aux cartes (4e partie)

L'analyse du jeu de bataille se termine, on passe maintenant à la programmation.

[auteur : Christophe Disabeau] #Méthode #UsageJeuCartes

Extrait : «  Comment, partant de la définition d'un programme, fait-on pour le réaliser, pour en écrire toutes les instructions ? Comment écrit-on le programme qui effectue ce qui a été décrit dans l'énoncé d'un problème ? Cette série d'articles vous guide pas à pas dans une telle démarche, en détaillant toutes les étapes de la réalisation du programme d'un problème simple : le jeu de la bataille […]  »

p.63 Leçons pour un ordinateur prof'

Utiliser un ordinateur pour l'enseignement, d'accord. Mais pas n'importe comment.

[auteur : Nardo del Barrio] #Méthode #UsageEnseignement

Extrait : «  Parmi les nombreuses applications de l'informatique, la formation individuelle assistée par ordinateur apparaît comme l'une des plus créatrices d'autonomie. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que le meilleur des matériels entre les mains de l'utilisateur le plus habile ne peut rien, si le concepteur du programme n'a pas une bonne connaissance, doublée d'une bonne pratique, de la programmation pédagogique. Nous savons qu'il existe des « minidiscothèques d'ordinateurs de table » qui offrent des cours complets (L'O.I. nos 4 et 5). Nous nous placerons ici dans la situation d'une entreprise, ou d'une chambre syndicale professionnelle, qui désire concevoir des programmes de formation assistée par ordinateur, destinés au personnel de sa branche d'activité. Cet article se propose de présenter la programmation pédagogique, étape qui précède la traduction d'un enseignement en langage de programmation […]  »

p.71 Le forum des langages

Comment réaliser un BASICOIS.

LIMACE: suite du débat.

[auteur : Francis Verscheure, Jean-Jacques Vettor, Charles Tuduri, Thierry Webanck, Anicet Oyane] #LangageBasicois #LangageLimace

Extrait : «  Mêmes thèmes pour ce forum que pour celui du numéro précédent : le BASICOIS et LIMACE. Nous vous présentons la façon de réaliser un BASICOIS, vous verrez que ce n'est pas sorcier. Sur LIMACE, les réactions sont loin d'être unanimes : tant mieux, n'est-ce pas le rôle d'un forum que de permettre d'y exposer une variété d'opinions ?

COMMENT FONCTIONNENT LES PROGRAMMES BASICOIS

Nous n'avons pas encore reçu vos réactions au sujet du BASICOIS présenté dans notre dernier numéro ; à l'heure où nous préparons ce numéro, celui du mois dernier n'est pas encore en vente. Nous vous avons exposé nos motifs de la création de ce « patois » de BASIC, et nous vous montrons aujourd'hui combien l'idée de le réaliser était simple... ce qui ne veut pas dire facile ! Le fait que les constructeurs américains n'aient pas jugé utile de réaliser des « versions indigènes » de leurs matériels est assez compréhensible — bien que regrettable à notre sens —. Notre initiative a en tout cas reçu un accueil très favorable, tant de la part des constructeurs français que de celle des distributeurs de matériels importés. Tous nous assistent pour réaliser des versions de BASICOIS destinées à leur matériel, notamment en nous prêtant celui-ci, et pour diffuser gratuitement ou à un coût nominal les versions ainsi réalisées […]

Pour ou contre LIMACE ou un langage symbolique du même type destiné aux calculatrices programmables ? Le moins que l'on puisse en dire, c'est que les avis sont loin d'être unanimes. Les réticences sont soit des réticences de fond, hostiles à l'idée-même d'un langage unique, soit des réticences de forme, s'attaquant à divers détails mais approuvant, malgré tout, l'idée générale […]

Un langage évolué pour les calculatrices programmables ? Inutile, voire même nuisible, nous affirme un de nos lecteurs […]

Plus qu'un langage comme LIMACE, c'est l'organigramme qui devrait servir à communiquer le programme.

Possesseur d'une HP 67, la lecture de l'article sur LIMACE ne m'a guère enthousiasmé : il ne me paraît pas simple, et surtout ne simplifie pas l'écriture du programme […]

Pour rejoindre un peu votre idée de langage universel, je dirai qu'il en existe un : l'organigramme.

Pour la personne qui connaît bien le langage de sa machine, il est très facile, à partir d'un organigramme, d'écrire un programme avec un minimum de pas. On peut donc illustrer cela de la façon suivante : […]

LIMACE : un faux débat, il serait plus simple de communiquer des recettes de passage de notation HP à TI, et réciproquement : […]

Un langage comme LIMACE présente d'énormes avantages, notamment pour l'enseignement. Il supprime tout favoritisme […]

Le principe d'un langage tel que LIMACE est très bon en soi, mais quelques corrections ou adaptations sont nécessaires […]  »

p.89 Galop d'essai : la calculatrice HP-41 C

Calculatrice programmable, ou ordinateur ? Une classification difficile à faire pour le dernier modèle de Hewlett-Packard.

[auteur : Andrew Seligman, Bernard Savonet] #Matériel

Extrait : «  Notre numéro 10 est quelque peu confus quant à la HP-41 C, essentiellement parce que nous avons reçu des informations trop tard pour pouvoir les traiter avec les détails nécessaires.

La nouvelle usine Hewlett-Packard de Corvallis (Oregon, USA) est celle où sont développés et produits les matériels évolués de grande diffusion. Les premières créations de cette usine sont d'une part la HP-41 C (dont le projet portait le nom de code Coconut), d'autre part un ordinateur individuel, connu pour l'instant sous le nom de Capricorne, et qui doit être annoncé d'ici à la fin 79. Le système HP-41 C a été présenté, lui, le 6 septembre, et nous avons pu en utiliser un exemplaire, sur lequel nous vous livrons aujourd'hui nos premières réactions.

La première réaction, lorsqu'on voit la calculatrice HP-41 et les accessoires qui peuvent s'y combiner, est de se poser une question : la conception modulaire avec des extensions de mémoire vive, de mémoire morte, de périphériques, fait penser à un ordinateur, alors que la 41 C ressemble à une « banale » calculatrice. Dans quelle catégorie ranger Coconut ? Nous précisons en encadré (p. 90) notre opinion sur ce point, et, pour la suite de ce texte, nous ne nous attacherons qu'à l'aspect système calculateur programmable.

La HP-41 C est en effet un système, composé d'une unité centrale, la HP-41 C proprement dite, et de périphériques : un lecteur-enregistreur de cartes magnétiques, une imprimante et, à partir du début de 1980, d'un lecteur de code à barres […]

La bascule ALPHA, est, en toute simplicité, l'un des aspects révolutionnaires de la 41 C. Lorsque cette touche a été enfoncée une fois (le « voyant de contrôle » de l'affichage marque alors ALPHA), les touches que l'on enfonce par la suite sont traitées de façon spéciale : la plupart des touches génèreront un caractère alphabétique ou numérique, ou un caractère spécial (%, =, ?, « blanc », « virgule », etc.). Ces caractères, qui apparaissent sur l'affichage, sont stockés dans un registre spécial différent des registres de la pile numérique […]  »

AUTRES RUBRIQUES

p.15 Correspondance

p.18 Service-lecteurs

p.66 L'a.b.c. du p.e.t.

p.67 L'apple épluché

p.68 Les trucs du TRS-80

p.77 Bibliothèque

#MédiaAutre

Extrait : «  Conception d'un système d'information, Hubert Tardieu, Dominique Nanci, Daniel Pascot, Les Editions d'Organisation, Paris, 1979, 192 pages.

Le point sur la compilation, Actes du séminaire Inria-Sefi-CCE, Montpellier janvier 1978, IRIA, 1978, 365 pages.

Illustrating Basic, Donald Alcock, Cambridge University Press, 135 p., 1978

Chess and Computers, David Levy, Computer Science Press, Potomac, Md 20854, 1976, 145 pages, broché

1975 US Computer Chess Championship, David Levy, Computer Science Press, Potomac, Md 20854, 1976, 86 pages, broché

1976 US Computer Chess Championship, David Levy, Computer Science Press, Potomac, Ma 20854, 1977, 86 pages, broché

Les microprocesseurs en tranches, Claude Brie et Roland Gerber et al., Technique et documents, Paris, 1979, 246 pages, broché

Télé-informatique, Cesar Macchi, Jean-François Guilbert et al., Dunod Informatique, Paris 1979  »

p.79 L'informatique sans complexe, rubrique Oedip

p.80 Rubrique Microtel-Club

p.82 Le magazine de l'informatique pour tous

p.84 Des nouvelles de Belgique

p.85 Fiches pratiques EXEMPLE n° 12 - RACINE N-ième

#ProgrammeBasic #UsageSciencesMathématiques

Extrait : «  Initialement, les ordinateurs étaient conçus comme des outils permettant de réaliser des calculs importants. Or, traditionnellement, le calculateur humain utilisait des tables classiques de fonctions. Paradoxalement la machine, qui est appelée à multiplier son rendement, n'est capable de faire que les quatre opérations sur des valeurs algébriques. Comment retrouver l'équivalent des tables ? […]  »

p.85 Fiches pratiques EXEMPLE n° 13 - RACINE N-ième

#ProgrammeBasic #UsageSciencesMathématiques

Extrait : « 

Cette fiche constitue la seconde partie de la fiche pratique Exemple n° 12. Elle vous donne le listing du programme qui vous permettra de calculer la racine nième d'un nombre […]  »

p.95 (suite du magazine de l'informatique pour tous - contenu repris du service-lecteurs p.18)

p.95 Systèmes Vector Graphic de la Société Computex.

p.95 Système 80/20 de R2E.

p.95 Terminal intelligent Intertube d'Intertec Data Systems.

p.95 Exposition Paris-Ordinateurs.

p.96 Compilateur Algol de Research Machines.

p.96 Programmes pour Apple de Programma International.

p.98 Exposition Microtel-Expo.

p.98 Séminaires Spécialisés de la société KA.

p.100 Ordinateur biorythmiques de poche Kosmos.

p.100 Système MZ 80 K de Sharp.

p.100 Conditionneur de Signaux DE 80.

p.100 Système monocarte pour 8085.

p.100 Cassettes C-10 Microsette.

p.100 Imprimante Axiom.

p.100 Logiciel Interimo.

p.100 Petites annonces professionnelles

p.101 Petites annonces gratuites

PUBLICITÉ (contenu repris du service-lecteurs p.18)

p.2 Sanyo : ordinateur individuel.

p.4 Micromatique : ordinateur individuel.

p.6 Fanatronic : ordinateur individuel.

p.8 et 9 Illel : ordinateurs individuels, logiciels, conseil et formation.

p.10 Soamet : matériel à wrapper.

p.11 Procep : ordinateur individuel.

p.12 Pentasonic : ordinateurs individuels tout montés ou en kit et périphériques.

p.13 Editions du P.S.I. : feuille de programmation BASIC et livres spécialisés.

p.14 Sivéa : ordinateurs individuels, périphériques, logiciels et livres.

p.16 Euro Computer Shop : ordinateurs individuels, logiciels, formation et maintenance.

p.17 ISRE : ordinateurs individuels, logiciels, systèmes clés en main.

p.18 Sybex : livres spécialisés.

p.21 S.A.A.E. : ordinateurs individuels, logiciels, maintenance, formation et systèmes clés en main.

p.21 Gepsi : terminaux.

p.22 Computer Boutique : ordinateurs individuels et périphériques.

p.23 Comexor : ordinateurs individuels, périphériques, logiciels et cours.

p.23 DES : système clés en main.

p.24 Ordinat. : ordinateurs individuels.

p.24 MID : logiciels et systèmes clés en main.

p.25 Omnibus : micro-ordinateurs, périphériques et calculatrices programmables.

p.39 Sybex : logiciels.

p.40 et 41 ITT : ordinateur individuel

p.62 Form Inform : stages de formation.

p.65 CGIA : logiciels sur mesure.

p.69 Castellani : ouvrage spécialisé.

p.69 01 Informatique Hebdo : publication spécialisée.

p.70 Heathkit : ordinateurs individuels tout montés ou en kit et périphériques.

p.76 Pentasonic : ordinateurs individuels et périphériques.

p.78 Texas Instruments : calculatrices programmables.

p.81 Fanatronic : Nascom.

p.83 Tandy : ordinateurs individuels et formation.

p.87 Sybex : livres spécialisés.

p.88 Logabax : ordinateur individuel.

p.94 KA : stages de formation.

p.95 Lyon Computer Shop : ordinateurs individuels, périphériques, logiciels, ouvrages et matériels divers.

p.95 La Nacelle : livres spécialisés.

p.96 Microtel Expo : exposition et conférences-débats spécialisés.

p.97 Comexor : périphériques compatibles.

p.98 Othello : tournoi de programmes.

p.98 Logawal : ordinateurs individuels, périphériques et logiciels.

p.99 Datasoft : ordinateurs individuels et logiciels.

p.103 Sybex : exposition et conférence spécialisées.

p.104 Gepsi : ordinateurs individuels.